Ministère du Travail

Le ministre de la Santé et de la recherche, Patrick Howell, et la ministre du Travail, Tea Frogier, étaient présents, aux côtés du maire de Papeete, Michel Buillard, et du Secrétaire Général du Haut-Commissariat, Marc Tschiggfrey, mardi matin au quai d’honneur de Papeete, afin d’accueillir la goélette Tara Pacific, qui naviguera dans les eaux de Polynésie française pendant un mois et demi, pour explorer la diversité des récifs coralliens.

 

La goélette scientifique Tara, partie de Lorient, en France métropolitaine le 28 mai dernier, parcourra 100 000 kms dans le cadre de l’expédition Tara Pacific. A son bord, les équipes internationales de biologistes coralliens, océanographes et spécialistes du plancton récolteront de nombreux échantillons de coraux, de poissons de récifs, d’eau et d’algues avec comme principal objectif de tenter d’établir le premier état des lieux global des récifs de corail et d’en dévoiler la biodiversité encore méconnue.

 

Cette étape majeure dans l’étude du corail permettra d’évaluer la santé des récifs et de comparer leur biodiversité selon leur exposition aux activités humaines. Si certaines îles de Polynésie française sont soumises à des perturbations directes, la majorité est éloignée de toute source de pollution et les chercheurs espèrent donc recueillir dans nos eaux, les données nécessaires pour comparer les effets des perturbations locales, à ceux liés aux changements globaux comme le réchauffement climatique.

 

Dans son discours, Patrick Howell a expliqué qu’en tant que ministre de la Santé, il ne pouvait s’empêcher de faire une analogie entre les effets du changement climatique et ceux des maladies liées à nos styles de vie : les conséquences sont dans un premier temps indolores et invisibles, ce qui fait perpétuer les mauvaises habitudes. Il a émis le souhait que pendant le mois que les scientifiques de la goélette passeront aux Tuamotu et aux Gambier - îles des plus vulnérables à la hausse du niveau de la mer, à son réchauffement et à son acidification - ils puissent trouver à la fois la source des maux de ces écosystèmes à la santé si fragile, mais également qu’ils puissent faire les prescriptions les plus adaptées pour en diminuer la vulnérabilité.

 

Lors de sa première escale à Papeete, le public et les écoles pourront visiter Tara entre le 4 et le 6 octobre, place Vaiete. L’équipage attendra également les Polynésiens à l’Espace Tara, où se tiendra l’exposition « Tara Pacific, la biodiversité des récifs coralliens face au changement climatique » (du 2 au 9 octobre - entrée libre). Une conférence  intitulée « L’expédition Tara Pacific » aura également lieu le 5 octobre de 17h30 à 18h30 à la CCISM à Papeete.