Ministère de la Jeunesse

Le ministre de la Jeunesse et des sports, René Temeharo, a reçu, jeudi, le Directeur technique nationale de la fédération française de cyclisme (FFC), Vincent Jacquet, présent en Polynésie française dans le cadre du championnat de France d’outre-mer de cyclisme qui s’est tenu les 12 et 13 septembre derniers. Etaient également présents pour cet entretien le président de la fédération tahitienne de cyclisme (FTC), Teva Bernardino et son conseiller technique fédéral, Ariitea Bernardino.

 

L’objet de la réunion avait pour principal intérêt de partager sur le développement de la pratique du cyclisme en Polynésie.

 

Plusieurs sujets ont été abordés à cet effet :

 

·                    La formation de l’encadrement et  des jeunes sportifs

 

La mise en place du Brevet Professionnel Polynésien avec la création de la mention cyclisme sera mise en œuvre très rapidement avec la Direction de la jeunesse et des sports afin de mettre en place les bases du projet de développement de la FTC, l’objectif étant de former des compétences locales à l’animation et l’encadrement. Parallèlement à la structuration de la filière formation polynésienne, un programme de formation des brevets fédéraux est engagé depuis quelques mois déjà entre la FFC et FTC.

 

·                    La politique d’investissement sur les équipements sportifs et notamment l’opportunité d’un vélodrome et d’une piste BMX

 

La sécurisation des pratiques cyclistes étant une priorité du Pays, la possibilité de doter la fédération de ce type d’équipement va permettre d’envisager un plan de développement diversifié : les écoles de vélo, la pratique scolaire et périscolaire, l’apprentissage de la sécurité routière, l’utilité du cyclisme comme facteur de santé publique, le cyclisme comme facteur d’insertion sont autant d’axes que la FTC souhaite développer sur ce type d’équipement. Le vélodrome s’entend donc comme un lieu de pratiques et de rassemblement dédié tant à un volet sportif, qu’à un volet culturel et social.

 

Par ailleurs, la construction d’une piste de BMX paraît de nos jours incontournable dans le cadre du développement des pratiques cyclistes car cet outil s’oriente principalement vers les jeunes de notre Pays. Le BMX PARK, le Freestyle sont en effet des disciplines en vogue, tant sur le plan sportif que social (lutte contre la délinquance, conduite addictive, promotion des valeurs citoyennes).

 

La diversification des pratiques

 

La FTC en partenariat avec les acteurs du Pays (Gouvernement et collectivités) souhaite porter un projet de développement global des pratiques du cyclisme répondant à une réelle utilité sociale :

-                     Cyclisme santé

-                     Education, citoyenneté et prévention routière

-                     Féminisation

-                     Développement de l’emploi par la formation

-                     Cyclisme outil de lutte contre les incivilités

 

La création d’une filière de détection

 

Repositionnement des territoires ultramarins comme pourvoyeurs de médailles potentiels sur les grandes organisations internationales. Un programme de détection sur les qualités physiques des jeunes polynésiens est à mettre en place. En relation avec la politique de développement de la FTC sur les jeunes pratiquants, ce programme permettra de détecter dès le plus jeune âge les réels potentiels afin de les accompagner de manière efficace. Dès lors que le travail de détection et de formation des athlètes à gros potentiel sera effectif en Polynésie française, un projet de pôle Outre-Mer sera mis en place pour accueillir en métropole les champions de demain (JO 2020 / 2024).

 

Suite aux échanges très intéressants et constructifs entre la FFC et le ministère de la Jeunesse et des Sports, René Temeharo a réaffirmé son soutien à la FTC et a remercié la FFC pour son engagement et son accompagnement dans le développement de la pratique cycliste qui s’inscrit totalement dans les orientations politiques du ministère qui sont de faire du sport un facteur de cohésion sociale et un outil de développement des valeurs citoyennes en Polynésie.